Les transports au Mexique

Parmi les transports terrestres, les bus sont les meilleurs moyens de parcourir les villes de Mexique. L’avantage des bus, c’est que l’on peut en trouver dans les endroits les plus éloignés des villes et même dans les banlieues. D’habitude, les compagnies sont réunies dans des centrales d’autobus dites central camionera. La plupart de ces centrales sont éloignés les uns des autres. Pour remédier à cet obstacle, on peut prendre un taxi ou un bus urbain. Les arrêts minutes et les gares routières sont bien aménagés et suivent les normes modernes. La majorité de ces compagnies disposent de leur propre terminal. De plus il y a aussi certaines villes qui possèdent de terminaux réservés seulement pour les bus de première classe et d’autres pour les bus de seconde classe. Actuellement l’achat des billets en ligne est possible à l’aide des sites web des compagnies. Cela peut se faire également par appel gratuit sur le numéro vert de ces compagnies à l’intérieur du pays. Pour satisfaire les besoins des clients, il y a de réductions pour les longs trajets. Le tarif est comparable à celui des compagnies aériennes à bas prix.

Bus de première classe

Le Bus de première classe est désigné aussi par servicio ejecutivo. À l’intérieur de ce type de bus, on peut constater qu’il y a beaucoup d’espace donc moins de sièges. Cette classe de bus bénéficie de niveau de confort moyennement élevé. Les bus de cette classe sont équipés de TV, des rideaux aux fenêtres, un WC et également du Wifi. De plus, leurs sièges sont inclinables. Les bus de première classe parcourent plus vite les trajets car ils effectuent moins d’arrêt. Certainement plus cher, pourtant, ils sont fortement recommandés pour les voyages de nuit ou de longs trajets.

Bus de seconde classe

Les Bus de seconde classe sont connus par servicio ordinario. En gros, ce sont des bus qui disposent de 45 à 50 places. D’habitude, ils ne disposent de commodités particulières sauf de la TV et des toilettes. Ils font plus d’arrêt que ceux de la première classe.

Bus de luxe

Les Bus de luxe ou encore servicio de lujo, contiennent plus de place. Le niveau de confort est très impressionnant. TV individuelle, des rideaux aux fenêtres, deux WC, AC et du Wifi sont disponibles pour la satisfaction des passagers. Le nombre des sièges varie de 20 à 24 par bus et ils sont très larges et super inclinables. On peut même effectuer le grand pied pour dormir.

Les bus locaux

Les bus locaux qui se traduisent par guajoloteros – de guajolote sont les bus qui jouissent d’un niveau de confort très faible. On peut y trouver dedans des cages à poulets, seaux remplis de poissons ou encore des sacs de cochonnaille.

Le métro à Mexico

Mexico dispose le métro parmi les plus avancés et les plus grands de notre planète. Les Mexicains désignent ce Métro par son nom officiel qui est Sistema de Transporte Colectivo.

Le métro à Mexico

Les caractéristiques du métro mexicain

Les circuits sont composés par 11 lignes différentes qui fait 170 kilomètres environ et transporte 4,4 millions de personnes par jour. Il est le transport le plus praticable, du jour comme de nuit. L’inconvénient, à l’intérieur quelques fois il fait chaud et c’est inconfortable. Malgré cela, le métro reste le transport le plus rapide et efficace surtout en heure de pointes pour remplacer les taxis. Les tickets sont abordables. Dans le cas où vous aviez raté votre métro, la prochaine circule après deux minutes. L’attente ne sera donc pas trop longue. Si vous avez décidé de faire un voyage de longue trajet, le Métro est un transport de long courrier le plus assuré et le plus rapide à Mexico. Presque dans toutes les stations, vous trouverez tous ceux dont vous pouvez avoir besoin : nourriture, boissons, toilette, etc. Il existe aussi des expositions sponsorisées par la ville dans toutes ces stations.

Au cas où vous devriez rentrer après minuit, envisagé d’autres moyens de transport. Le Métro n’est opérationnel qu’entre 5h à minuit en semaine. Il commence à 6h le samedi et à 7h le dimanche.

Même si l’Anglais n’est pris en compte dans les panneaux d’indication dans le métro, il n’y a pas de problème au sujet votre chemin car dès la conception il prend en considération l’analphabétisme. Les lignes sont designer par un chiffre et une couleur, vous apercevez cette couleur de la ligne sur toute la station et durant tout le trajet. Alors été toujours au courant de la ligne de que vous avez pris même au long du trajet. Chaque station est représentée par son nom et encore par une image qui caractérise en quelque sorte la région. On peut y trouver aussi les cartes du réseau de métro de la ville souvent près de la billetterie. Malgré on ne peut pas trouver de carte à bord des trains. Seulement, une ou deux cartes qu’on peut consulter sur le quai. Il faut donc bien organiser votre voyage et vous devez avoir au moins une carte du Métro de la ville avant l’achat de votre ticket.

Les lignes les plus empruntées

Tout d’abord, la Ligne 1 (rose) traverse des sites et lieux touristiques considérables tels que le Centro Historico, Chapultepec Forest et les quartiers de Condesa et Roma. Ensuite, la Ligne 2 (bleu) conduit au Centro Historico et s’arrête au terminus de bus South Bus Station (Tasqueña). La Ligne 3 (vert) franchi les alentours de Coyoacan et le City University. Enfin, la Ligne 7 (orange) parcourt les sites touristiques comme Chapultepec Forest ainsi que le quartier Polanco

Les taxis au Mexique

Taxi au Mexique

Le taxi navette

Le Mexique dispose d’une grande diversité de taxis. Déjà, à l’atterrissage l’aéroport de Mexico, ce sont les taxis à bandes jaunes qui attendent les voyageurs. Ces types sont munis d’un petit avion noir collé sur la porte comme logo. On les appelle souvent par taxis navettes. Ils sont là pour amener les venants des arrivées internationales et nationales partout dans la ville. Plus précisément, là où les voyageurs veulent aller mais seulement dans la ville. On achète leur billet au guichet qui se trouve du côté droit des arrivées internationales ou du côté gauche de l’arrivée nationale.

Le taxi libre, négocier ou prix fixe ?

La négociation

Le second type de taxi au Mexique est le taxi libre. Dans cette catégorie, il y a tout d’abord les plus classiques dont les tarifs se fixent par négociation. Ce qui dit négociation dit communication. Il faut donc savoir parler espagnol ou avoir au moins quelques notions en cette langue pour pouvoir discuter correctement avec les chauffeurs. Mais cela ne suffit pas pour obtenir de bonnes réductions sur les prix. Il faut également savoir expliquer le chemin à parcourir ou la destination. Et pour éviter toute arnaque, mieux vaut être un as aux comparaisons. Avoir une idée du prix de la course avant d’entamer les négociations est indispensable.

Le taximetro pour un prix fixe

Le type taximetro fait partie de la classe sitio. Les tarifs de ce type de taxi sont calculés par un compteur automatique. Il faut avoir dans la tête que ce n’et pas seulement la distance parcourue qui est calculée par ce système. Même dans les embouteillages, le compteur tourne. Les heures de pointe sont donc déconseillées pour ce type de transport. Les tarifs sont également doublés pendant la nuit. De plus, certains utilisent un « diablito ». Reliée au volant ou au levier de vitesse, cette technique peut faire tourner plus rapidement le calculateur. De la surcharge inattendue qui alourdira encore plus les dépenses.

Code de couleurs des taxis au Mexique

Si les taxis mexicains en font voir de toutes les couleurs, il y en a une grande raison. En effet, il existe trois variantes de couleurs pour les taxis : jaune, verte et rouge. Ce sont des indices permettant d’estimer leurs prix.

Taxis jaunes ou peseros, les transports destinés aux touristes qui n’ont pas trop de sous

Les taxis jaunes offrent de meilleurs avantages tarifaires par rapport aux autres. Leurs prix sont abordables. De plus, on peut faire le paiement en équipe car ils peuvent supporter jusqu’à 5 personnes.

Taxis verts, les déplacements écologiques qui coûtent cher

Les taxis verts fonctionnent à l’essence sans plomb. Vu les prix excessifs de ces carburants de l’écologie verte, il est logique que les taxis verts coûtent cher.

Taxis rouges, les transports des touristes riches

Les prix des taxis sont chers car ils sont systématiquement munis d’un compteur. Outre le confort et le lux e que procurent ces taxis, leur chauffeur savent souvent parler l’anglais.

Des taxis pirates ? Soyons prudents

Pour la sécurité, il est important de ne pas monter dans n’importe quelle voiture prétendant être un taxi. Au Mexique, prendre un taxi dans la rue peut être dangereux. Il ne faut jamais monter dans un taxi de vitre fumée.

 

Publicités